mardi 12 janvier 2021 Prima Rosa, quand derrière la beauté et l'élégance se cache le travail de toute une vie !


Vous le savez certainement, j'aime la beauté des choses simples, mettre en lumière la poésie qui se trouve ici et là, sous nos yeux au quotidien, mais à laquelle on ne porte pas ou plus d'attention, par habitude le plus souvent. Immortaliser l'instant avec douceur est ce qui me plait le plus dans mon métier de photographe. Cependant derrière cette passion grâce à laquelle j'ai la chance de vivre se cache un parcours, des sacrifices, de nombreuses années de travail, d'évolution personnelle, des échecs, des réussites .. Si chaque cliché renferme en lui une histoire, en réalité il représente encore bien plus que ça !

C'est pour cette raison, que j'ai été très honorée d'avoir été choisi pour représenter la magnifique collection Prima Rosa de Gemmyo, car elle résonne en moi. Elle reflète mon histoire, et je suis vraiment ravie d'aborder le sujet ici ! 


"Derrière la légèreté d'une arabesque, le travail de toute une vie."

La collection Prima Rosa est une ode à la danse, aux ballerines, un univers où règne la quête de la perfection. Une ballerine illumine la scène par sa grâce : lorsqu'on la regarde danser, nous avons l'impression qu'elle effectue chaque geste naturellement avec légèreté et ce, en toute simplicité. Et pourtant ... derrière cette grâce qui fait la beauté de son oeuvre se cache des heures de travail. Des mouvements inlassablement répétés avec minutie jusqu'à atteindre la perfection.

La rose, quant à elle, est élégante, féminine .. elle a cette image à la fois forte et délicate par sa structure en corolle toute en finesse. A travers cette collection florale, Gemmyo rend hommage non seulement à l'art qu'est la danse classique, mais également aux Femmes qui accomplissent leur rêve grâce à leur travail et leur persévérance. 


“ J'aime l'idée d'un bijou talisman. Un objet précieux porteur de sens. Un bijou qui me rappelle une émotion ou l'instant vibrant d'une grande décision. Porter un tel bijou est l'un de mes rituels du quotidien : quand je le regarde, il me donne de la force et me rappelle le chemin parcouru. ” Pauline Laigneau, Fondatrice

La maison Gemmyo a été fondée par Pauline Laigneau en 2011. Ne trouvant pas La bague de fiançailles qui lui plaise et la représente, elle a l'idée avec son conjoint de créer la première marque de joaillerie personnalisée : choix des pierres et du métal, fabrication à la commande ... l'idée est de permettre à chacun de s'approprier son bijou. Ce que j'aime chez Gemmyo, c'est l'essence même de la maison de joaillerie. Le bijou n'est pas un consommable. Le bijou est un talisman, un objet unique qui permet de célébrer un moment précieux, ou d'exprimer sa singularité. Gemmyo c'est ce bijou que l'on aura ensuite envie de transmettre avec toute la symbolique qu'il représente. 

Les bijoux sont fabriqués artisanalement en France et chaque collection est donc imaginée afin de permettre aux femmes d'exprimer leur singularité et de les soutenir dans l'accomplissement de qui elles sont vraiment. 


Je mets très peu de bijoux, et ceux que je possède ont tous une signification particulière pour moi : une paire de boucles d'oreilles offerte par l'amoureux, mon alliance et ma bague de fiançailles, un pendentif à mon nom et celui d'augustin, ainsi qu'un bracelet qui me rappelle le jour de sa naissance et la mienne en tant que maman. 

Je porte donc désormais le bracelet Prima Rosa qui pour moi reflète mon parcours professionnel et le chemin réalisé pour arriver où j'en suis aujourd'hui. 
J'ai toujours adoré l'école, les études et j'ai très vite compris que mon travail, mon investissement scolaire était uniquement pour moi, pour construire mon avenir. J'ai été bonne élève, je me suis investie au maximum pour décrocher les meilleurs notes, c'était un vrai challenge pour moi de faire toujours mieux ! J'ai donc décroché chacun de mes diplômes avec mention. J'étais très exigeante envers moi-même (je le suis toujours d'ailleurs ^^'), si je n'obtenais pas la mention la plus haute, je ne vous parle pas de la déception ^^' Au lycée, j'ai passé des heures le soir, mais également des week-ends entiers a étudier. Je ne sortais de ma chambre quasiment que pour manger ... et quand j'étais à la fac, je ne rentrais qu'un weekend toutes les deux semaines. 

Jamais je n'aurais pensé vivre d'un métier passion qui soit à la fois artistique et visuel, même si à y réfléchir ce volet a toujours été extrêmement présent dans ma vie depuis mon enfance. Dès le plus jeune âge, j'ai multiplié les activités extra-scolaire : dessin, peinture, poterie, bande dessiné ... 
Je me destinais plutôt à être professeur des écoles. Après un Bac Scientifique, j'ai fait une licence en Sciences du Langage qui m'a finalement donné envie de me tourner vers le journalisme. J'ai ainsi enchaîné avec un master Communication et journalisme durant lequel j'ai eu un cours en photo journalistique. À partir de l'instant où l'on m'a mis un reflex dans les mains, je n'ai plus eu envie de le lâcher ! J'adorais capturer l'instant, magnifier un petit détail et tout ce que je trouvais joli, raconter une histoire à travers une image. Moi qui possédais déjà un blog car je réalisais beaucoup de Do It Yourself, je me suis créée un compte Instagram et j'ai investi dans mon premier réflex ! J'ai travaillé chaque jour pour progresser, j'ai aiguisé mon regard, chercher mon style ... tout d'abord en m'inspirant de photos que j'aimais bien et en travaillant l'angle, ma vision du sujet ... Ce qui est marrant c'est de constater cette évolution si on remonte mon feed Instagram, mon oeil s'est affiné et mon style a peu à peu changé. Tout ce que j'ai appris en photographie, je l'ai acquis en travaillant et en m'exerçant jour après jour. Aujourd'hui encore, j'essaye de ne pas rester sur mes lauriers et je cherche à continuer de progresser en me forçant à sortir de ma zone de confort. 


Plus jeune, j'étais de nature très anxieuse et la nouveauté, du moins le chamboulement de mes petites habitudes me faisait très peur. Mon parcours scolaire m'a finalement petit à petit, fait avancer de plus en plus loin en me faisant découvrir et vivre dans de nouvelles villes loin de ma famille. Ce qui bousculaient régulièrement mes habitudes que je trouvais si rassurantes. Même si j'ai toujours été très indépendante, et débrouillarde, faire face à l'inconnu seule pouvait être un frein pour moi. Besançon, puis Dijon ... et contre toute attente, Paris. Pour mon stage de fin d'étude, il a fallu très rapidement trouver un appartement en plein coeur de la capitale. Cette période a été une vraie angoisse, heureusement l'amoureux m'a accompagné pour les visites, et j'ai été accueillie par deux maîtres de stage juste géniales qui m'ont guidé et grâce auxquelles je ne me sentais pas du tout seule. Ces derniers mois d'études je les ai passé à leur côté à les accompagner au quotidien à travers plusieurs missions qui me correspondaient totalement : création de contenu photographique pour un jeune concept store dédié à l'univers de la naissance (Plumeti Boutique), accompagnement en relation presse et création graphique. L'aventure s'est prolongée encore quelques mois après mon stage. Puis ne trouvant pas de nouvel emploi malgré un nombre de candidatures incalculables et des réponses quasi inexistantes (je vous laisse imaginer l'angoisse .. et le sentiment d'échec), j'ai fais le chose folle de créer mon auto entreprise. Ayant le droit à cette époque à 2 ou 3 mois de chômage, j'ai vraiment sauté le pas sans filet ...

Bien sûr, je savais que sur le long terme je souhaitais être mon propre patron, mais aussi rapidement je n'y était pas prête et n'y aurait jamais pensé ! La vie m'a peut-être juste donné un coup de pouce pour me lancer ! 
J'ai ensuite rencontré Emilie qui a fondé Petit Sixième, pour qui j'ai réalisé du contenu photographique et graphique. Petit à petit de nouveaux contrats sont venus à moi, un peu en graphisme/illustration et beaucoup en photographie. Aujourd'hui, la création de contenu en marque blanche est mon activité principale. J'ai de nombreux clients à l'année, mais également des contrats ponctuels qui varient de mois en mois. Ce que j'adore avec mon métier c'est de pouvoir travailler sur des choses différentes continuellement, il n'y a pas de routine ! Mais du coup, le plus difficile, je dirais, c'est le manque de visibilité sur le long terme. Je ne sais pas ce que je fais 1 mois à l'avance et parfois un photo reportage comme celui en Bretagne l'été dernier s'organise en 3 jours du jour au lendemain ^^


Vous l'aurez certainement compris mon parcours scolaire, les stages que j'ai effectué (même si je n'ai pas tout développé et abordé ici), ainsi que mon chemin de vie m'ont progressivement mené au métier de photographe et créatrice de contenu que j'exerce aujourd'hui, et dans lequel je m'épanouie et me reconnais pleinement. J'ai la chance inouïe de vivre d'un métier passion ! Je souhaite cela à tout le monde !

"Choisis un travail que tu aimes, et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie." Confucius

Cette citation de Confucius a toujours été mon leitmotiv. Je rajouterais à cela que pour choisir un métier qu'on aime; il faut s'en donner les moyens et persévérer malgré les difficultés qu'on peut rencontrer. Finalement, Professeur des écoles, journaliste, voire graphiste ce n'était pas pour moi, du moins pas à temps plein : mon travail au quotidien faisant parfois tout de même appel à certaines compétences en journalisme et graphisme.
De plus, je n'oublierais jamais les mots de Karen Bornaghi-Patouillet, fondatrice de l'Agence 24 (mais pas que ^^' cette Femme est un vrai couteau suisse) où j'ai effectué un stage en graphisme lors de mon Master. Karen est pour moi le modèle de la Working Woman, je l'admire beaucoup ! Elle m'avait alors conseillé de suivre le chemin de la photographie plutôt que du graphisme, ce que j'ai finalement fais sans vraiment m'en rendre compte et elle avait raison : elle avait vu en moi, ce qu'à l'époque je n'avais pas encore perçu.

Si je devais faire un bilan de ces 4 années d'entrepreneuriat, je dirais que je suis plutôt fière d'être arrivé où j'en suis aujourd'hui ! Cela n'a pas toujours été facile, il y a eu des hauts, des bas ... d'énormes remises en questions, des doutes .. mais je suis heureuse de n'avoir rien lâché et de ne pas avoir écouté ceux qui me conseillaient de retourner vers un emploi de salarié pour plus de sécurité. Il y a eu des mois difficiles où clairement je m'en sortais avec à peine 300 ou 200 euros par mois. Heureusement que mon mari était là à cette période! D'ailleurs c'est en grande partie grâce à son soutient que j'ai réussi à arriver où j'en suis aujourd'hui. Désormais, depuis plus d'un an maintenant j'arrive à me verser l'équivalent d'un smic minimum mensuellement, ce qui est une grande victoire pour moi. L'entreprise grandit d'année en année.  Et puis, je fourmille d'idées pour l'avenir afin de développer mon activité autour de l'illustration, mais pas que ;). Cependant, chaque chose en son temps, mon défi de cette année 2021 est de continuer à faire progresser et grandir mon entreprise, en collaborant avec des marques que j'aime sur des projets que j'adore, tout en gérant au mieux ma vie de maman ! Anna et Augustin sont encore petits, et je compte bien profiter d'eux car ils grandissent à une vitesse folle. J'aurais bien le temps de développer toutes mes petites idées que je garde bien au chaud pour l'instant quand ils auront pris le chemin de l'école :) 

Article réalisé en collaboration avec Gemmyo que je remercie pour sa confiance  

You Might Also Like

0 commentaires

Formulaire de contact